Un petit saut par la capitale et je file à l’hondurienne

J73>81 (15-23 mai), Antigua – Guatemala – Chiquimula – El Florido (frontière) 308 km (2 535 cumulés)

Après un séjour de 4 nuîts à Antigua, ex capitale du Guatemala abandonnée en raison de tremblements de terre et d’éruptions au XVIIIe siècle, je me dirige vers la capitale actuelle installée dans la vallée voisine. Ironie du sort, elle subit la même tragédie que sa prédécesseuse en 1976. Cest un passage obligé sur ma route vers le Honduras et j’espère y acheter un mini pc en remplacement de celui que l’on m’a volé au Mexique. La route monte de 1 600 à 2 000 mètres avec un trafic raisonnable.

DSC01243Puis c’est le même dénivelé en descente, je vais à peu près à la même allure que les voitures à 45 km/h. Plus je m’approche de la capitale, plus la circulation se densifie. Je me mets à slalomer entre les voitures alors que la route est bordée d’enseignes de grandes marques d’automobiles et de fast-food. C’est assez frappant en venant des hauteurs du pays qui sont encore vierges de tout cela.

DSC01248J’aperçois sur le côté une pancarte artisanale disant « réparation de laptops » sur un immeuble quelconque de droite. Je me rends jusqu’au troisième étage et rencontre cet artisant qui répare et revend des mini-pcs, cela ne pouvait pas mieux tomber ! Le gars me propose un Compaq mini 102 à 1400 Quetzals, soit 140€. Je saisie l’offre et parvient à rajouter dans le paquet une upgrade de la mémoire vive et la sacoche protectrice. Une des connaissances du revendeur m’a ensuite escorté jusqu’au distributeur pour éviter que je me fasse braquer. J’ai acheté la souris chez Walmart pour 55Q. Merci à mon frère Benoit pour son aide financière spontanée ainsi qu’à mes parents d’avoir la compléter la somme. Et voilà la bête !

DSC01252J’arrive chez mon hôte Warmshowers en fin de journée. Historien de formation, Julio travaille pour un programme public d’alphabétisation d’adultes. En effet bien qu’il compte 21 dialectes mayas, le Guatemala est le deuxième pays le moins alphabétisé d’Amérique central après Haïti. Il m’explique que 60% de la population est indigène et une partie ne maitrise pas ou peu l’espagnol. Sa passion est de grimper les volcans (le Guatemala en compte 32 dont 3 actifs), camper en haut et se réveiller à 4 heures du matin au sommet pour voir le lever du soleil. D’où le prénom de sa fille de 9 ans « Rocio del Alba » signifiant « Rosée de l’aube » en référence à la rosée perceptible sur les plantes à cette heure-ci.

DSC01262Il vit dans un quartier qui a plutôt mauvaise réputation, la « Zona 18 » en périphérie de la ville. Il parait que les paires de chaussures pendues aux fils électriques signalent les endroits où l’on peut trouver de la marijuana. Le voisin est un imprimeur bien équipé niveau sécurité par des barbelés et caméras de surveillance. J’ai imprimé chez lui avec l’appui de Juju environ 200 cartes postales à revendre en route.

DSC01261Le premier jour j’ai geeké toute la journée sur ma nouvelle machine. Dimanche j’ai retrouvé devant le Palacio nacional Julian et Diana que j’avais quitté il y a deux semaines à San Cristobal au Mexique. Admirez le drapeau guatémaltèque en ce jour de marché. La veille il y eut un grand rassemblement sur cette même place (et dans tous le pays) pour demander la démission du président.

DSC01259Je repars par l’unique  « route de l’atlantique » qui relie la capitale vers Puerto Barrios, principal port guatémaltèque. En descente continue, elle est très empruntée par les poids lourds, que j’évite en prenant la bande latérale.

DSC012891 000 mètres plus bas je me retrouve dans une région tropicale où Il fait dans les 30° à l’ombre. Je m’arrose abondamment d’eau dès que je passe devant station service et sèche en route ce qui me rafraichit. Cet endroit me semble idéal pour pique-niquer à l’ombre de cet arbre rougeoyant.

DSC01297En fin de journée je branche mon radar pour chercher un coin où dormir sur une route de campagne. Je m’arrête en voyant un salon communal et trouve la responsable de la salle qui me passe les clés, avant d’aller prendre une douche chez les voisins. Eux me mettent en garde sur cet endroit, comme quoi c’est pas très sûr etc… ils me proposent de rester chez eux car ils ont un lit de libre, ce que j’accepte.  C’est une famille pauvre qui vit dans une seule pièce, avec la cuisine dehors et même pas de grillage. Les jeunes filles doivent avoir dans les 15 ans et ont déjà 1 ou 2 enfants chacune. Voilà la vue de mon lit comme si vous y étiez.

DSC01301Le lendemain matin je repars en prenant une photo d’eux. La mère en blanc est entourée de ses deux filles et de leur progéniture.

DSC01304La route est plate pendant un bon moment. Remarquez le scooter rouge au milieu d’un ilot, son propriétaire se baigne juste derrière sous le pont abandonné. Le lit de la rivière est transitée par des véhicules.

DSC01305Épuisé par une telle chaleur, je rêve d’une noix de coco après avoir passer tant de cocotiers. Enfin je trouve un vendeur qui m’en taille une à 5 quetzals (0,5€). Je bois l’eau qui est à l’intérieur puis mange la chair avec une cuillère. C’est une excellent boisson pour se réhydrater après l’effort et lors de chaudes journées, pleine de vitamines, minéraux et électrolytes.

DSC01309Le soir j’arrive à Chiquimula ville principale de l’est du pays. Après m’être fais rembarré par un centre religieux où je demande à camper, je vais la voir la dame d’en face qui me sourit. Après un bref échange, elle me fait entrer chez elle. Je rencontre le mari plus tard qui parait beaucoup moins enthousiasmé voir méfiant. Il me dit que par les temps qui courent, on ne peut pas faire confiance à un étranger. Plus tard dans la soirée il me déplace chez un de ses pots qui tient un hôtel.

DSC01314Si la ville avait valu le coup je me serais probablement arrêté un jour de plus car j’ai les jambes lourdes. Mais je continue par une route verdoyante jusqu’à…

DSC01315Jusqu’à ce que je trouve des bains thermaux trente kilomètres plus loin à 10 quetzals l’entrée (1€) vers 13 heures. J’avais été averti auparavant par un petit panneau publicitaire. Le complexe compte 7 bassins, allant de 35 à 40°, ce qui va faire un grand bien à mes articulations. J’ai même pu dormir sur place après une agréable soirée.

DSC01325Cette fois c’est sûr je vais passer la frontière ce jour là. Après 20 kilomètres sur une route mal goudronnée ponctuée de petites montées et descentes assassines,  je l’aperçois au loin ! Ça ressemble pas vraiment à ce que j’imaginais en termes de contrôle. On a même l’impression qu’on se présente à la douane de manière volontaire pour obtenir son tampon de sortie ou qu’on la zappe. Même topo pour l’entrée au Honduras.

DSC01330

BILAN SUR LE GUATEMALA

recap-guate

J’ai bien aimé le contact avec les guatémaltèques qui sont généralement très souriants, même si je me suis fait aussi beaucoup traité de « gringo » le long des routes. Les paysages de haute montagne sont superbes, je recommande le lac d’Atitlan et Antigua à voir absolument. Je ne suis pas passé par la côte ni la zone Maya et le temple de Tikal trop écarté de mon itinéraire.

Je n’y ai séjourné que 21 jours, pour 12 roulés et 9 de repos. Pourtant mon rythme était plus lent qu’au Mexique avec une moyenne par étape de 58 kilomètres, mais ceci est un leurre car les étapes de montagnes sont beaucoup plus fatigantes. Au niveau des nuitées, j’ai eu principalement recours au lieux publics dans un pays où les règles établies peuvent être arrangées (bains thermaux par deux fois, camp militaire à Antigua). J’ai eu beaucoup moins de réponses que d’habitude sur les réseaux sociaux ce que j’ai compensé par des petits hôtels.

Niveau argent, sans l’achat du mini pc la moyenne journalière tournerait autour des 9$, c’est donc à peu près les mêmes prix qu’au Mexique. La nourriture ne change pas beaucoup non plus puisqu’on est toujours dans la zone à tortilla et sauce piquante.

Publicités

2 réflexions sur “Un petit saut par la capitale et je file à l’hondurienne

  1. Hola Bruno
    bonne route, fais gaffe aux tremblements de terre ! !!
    muchos besos de ta tantine enfermée en cours, au lycée, à Auch où il fait gris et presque froid Heureusement on s’achemine vers la fin de l’année scolaire, je fête mon départ jeudi au lycée même si mon départ officiel de l’Education Nat aura lieu le 1 er octobre 2015
    MARCOS

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s