Premier joker posé au Panama et découverte du canal

J151>158 (1-8 août); frontière Costa-Rica> David 140 km + bus jusqu’à Panama City, total voyage 4375 km

Et me voilà au Panama, 6e pays traversé! Ici continue la route panaméricaine, la seule qui traverse tout le pays d’ouest en est sur 650 km jusqu’à 50 km de la frontière colombienne (Yaviza). Je me suis arrêté à la première station service pour manger et me rafraichir alors qu’il faisait 35° dehors. Je songe alors à prendre un bus depuis la prochaine grande ville David jusqu’à Panama City.

DSC0211710 kilomètres plus loin je trouve un « centro balneario » où l’on peut se baigner au bord d’une rivière. Il y a deux restaurants qui ont pignon sur l’endroit. Je prends mon premier plat panaméen : poulet-frites (7$) accompagné d’une bière (1$). Après un bon bain froid, j’ai campé sous le préau, c’est fou ce que des tables et des chaises ça facilite les choses.

RiogaricheLe lendemain je roule sur cette longue ligne droite de bitume en plein soleil. Cela termine de me convaincre de sauter ce tronçon en bus jusqu’à la capitale Panama City. En effet à part quelques villes provinciales, il n’y a pas d’attraction sur cette longue et ennuyeuse route traversant tout le pays. Ayant en plus déjà pas mal fait la côte Pacifique au Costa Rica, je ne suis pas intéressé non plus pour faire d’autres détours supplémentaires.

DSC02127Après avoir terminé un tronçon en auto-stop, j’arrive à David première grande ville de l’ouest du pays et la plus chaude parait-il. Je me prends deux jours de repos et chill-out au bord de la piscine dans une auberge bien sympathique à 11$ par nuit tout de même. Un drôle de locataire rode le matin dans la cuisine, c’est un coati inoffensif. Il m’a fait sursauté le salopiot !

DSC02132C’est donc le moment de poser mon joker ! Je me rends au terminal de bus un matin et en trouve tout de suite un qui par pour la capitale à 15$ la place +7$ pour le vélo. J’ai contemplé le paysage redondant sans regrets en me disant que j’ai pris la bonne décision au bon moment. Après 8 heures de trajet, nous avons été débarqué dans l’énorme terminal – mall (traduction US utilisé ici pour dire centre commercial) d’Albrook où m’attendait à la « porte de l’hippopotame » mon hôte Liamarissa et son copain. Nous voila tous les deux dans les ruines de Panama Viejo.

DSC02139Panama viejo, littéralement « Vieux Panama » c’est la première ville des Amériques fondée par les espagnols, où transitait tout l’or et l’argent du Pérou avant de partir à dos de mules jusqu’au port de Portobelo à 80 km sur la façade atlantique et d’être rapatriée de là au pays. Mais en 1671 un pirate anglais du nom d’Henry Morgan la pilla et sacaga. Il n’en resta que des ruines et les espagnols déplacèrent la ville à l’emplacement actuel du « casco viejo » (quartier historique) 2 kilomètres plus à l’ouest. Voici les restes de l’église et de la tour restaurée qui est devenu un symbole national.

DSC02138La vue sur Panama City du haut de la tour, d’où à l’époque on signalait l’arrivée des galions chargés de métaux précieux.

DSC02141Les rues du « casco viejo« , le quartier historique de Panama post-1671, sont pleines de vieilles bâtisses en bois qui ne sont pas entretenues. C’est assez paradoxale car on pourrait penser que ce quartier est riche, mais non il y a plein de familles pauvres qui y vivent. Il parait qu’il y a quelques années on ne pouvait pas s’y balader à cause de la délinquance.

DSC02208Voici le « pont des Amériques » qui enjambe le canal au niveau de l’embouchure sur la façade pacifique (il n’y en a que deux en tout). Une multitude de petits bateaux de pêches ou de croisière sont au mouillage alors que les gros paquebots passe un par un comme celui qu’on voit. Les autres attendent leur tour au large. Chaque jour il en passe 38 en moyenne, soit sur l’année 14 000, ce qui représente une manne annuelle de 1,9 milliards de dollars (chiffre de 2013). DSC02203Je me suis rendu au milieu du pont pour prendre une photo panoramique du canal. Elle paye pas de mine comme ça mais ce fut un exercice assez éprouvant que de rouler sur une bande d’un mètre de large collé au bord du grillage dans le bruit incessant de la circulation qui passait à toute allure juste à ma gauche. Sur la droite on voit d’énormes grues qui servent à décharger les containeurs des bateaux en surcharge.

DSC02192 Les containers sont ensuite acheminés à l’autre bout du canal (Colon) par voie ferrée. Au cours de mon séjour dans cette ville, j’ai pris le temps d’aller voir sur place les infrastructures du canal. A mi parcours se trouve la jonction avec le lac Gatun déjà existant avant la construction et qui sert à l’approvisionnement en eau des écluses. Parallèlement à la ligne de chemin de fer qui borde le canal tout du long circulent les véhicules. Mais ce pont en bois assez vétuste ne permet pas leur circulation en double sens, d’où la présence d’un feu rouge.

DSC02189 DSC02156

En me dirigeant vers l’écluse de Miraflores j’ai croisé le cimetière français, qui se trouve fortuitement au village de « Paraiso » (paradis!). On estime que 25 000 ouvriers sont morts dans les premiers travaux du canal fin XIXe conduits par les français, dont une majorité d’antillais (d’où la plaque commémorative).

Cementerio francesEn effet, les français (avec à leur tête un Ferdinand de Lesseps tout auréolé de la percée du canal de Suez en Égypte) furent les premiers à avoir penser ce canal, fait les plans, défriché le terrain et construit les routes d’accès. Mais ils se sont fait prendre le projet début XXe par les États-Unis alors que le chantier n’avançait plus. A l’entrée du cimentière se trouve un panneau explicatif en trois langues fait par l’ambassade de France que vous pouvez lire en cliquant et zoomant la photo.

DSC02161Et me voilà en haut de la tour dominant l’écluse, qui comprend deux chambres en parallèle où peuvent passer les bateaux mesurant chacune 320 m de long pour 33 m de large. Ces dimensions sont prises en compte dans le monde entier au moment où est conçu un porte-container! Au fond on voit une bande marron, c’est le chantier gigantesque de 5,2 milliards de dollars pour accueillir des navires à la fois plus grand et plus nombreux. Les nouvelles écluses auront, pour chaque chambre, une dimension de 427 m de long sur 55 m de large. A droite la moitié de l’écluse donnant vers l’océan Atlantique.

DSC02172 DSC02176

Au bout du bout du canal se trouve un archipel de trois iles désormais reliées au continent par une étroite route, sur laquelle on peut éventuellement croiser des castors !

DSC02204De là on a une superbe vue sur toute la baie et les grattes ciel de Panama, qui est devenu un nœud  de connexions mondial. 5% du commerce maritime mondial hors pétrole passe par le canal, ce qui représente 8% du PIB et 17% des recettes de l’Etat (source bnparibas.com).

DSC02205On se sent tout petit lorsqu’on passe à côté de ça!

DSC02212

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s