Cali es Cali

J264>268 (22-27 septembre), Armenia > Tulua > Cali, 565 km (5975 cumulés)

Le titre de l’article fait référence à une chanson parlant de la ville de Cali et de ses habitantes las caleñas. Cali es Cali lo demas es loma = Cali c’est Cali, le reste c’est des collines.

Les pompiers de Tulua à mi chemin entre Armenia et Cali m’ont accueilli en fin de journée dans leur caserne. J’ai eu le droit à un chaleureux accueil inattendu. Je me trouve désormais à une altitude plus basse, ce qui se traduit par une température plus élevée. L’ambiance est similaire à ce que j’ai connu sur la côte, le dimanche soir passe comme pour un samedi, y’a des gens et de la musique dans la rue jusqu’à tard.

DSC03631Il se trouvait dans la caserne un ancien véhicule d’intervention, une Ford « Pacha ».

DSC03634Alors que j’avançais sur la panaméricaine, j’opte pour une petite route parallèle de l’autre côté du rio Cauca qui longe la cordillère occidentale (côté pacifique) vers le sud.

DSC03636Ça c’est l’arrivée à la tombée de la nuît à Cali, 3e ville du pays après Bogota et Medellin. J’ai frayé mon chemin dans la poussière, le bruit et les pots d’échappement des véhicules. Par chance la famille avec qui je suis en contact habite proche de la sortie nord d’où j’arrive..

DSC03638La voici la famille caleña qui m’a hébergé ces trois jours avec grande amabilité. Ils habitent dans un étroit passage qui donne sur une rue. On voit le fils Carlos Antonio prenant dans ses bras une cousine qu’ils gardent avec sa mère.

DSC03679Petit tour en ville le lendemain, ça commence par la place principale et ses palmiers hyper grands. Il y a une ambiance festive toute l’année, et plus particulièrement fin décembre lors de la féria de Cali. A deux semaines de l’évènement, j’ai senti l’effervescence montée aux côtés de Carlos qui bosse dans une boite d’événementielle partenaire de la féria.

DSC03657J’ai gouté en ville à plusieurs spécialités locales. A gauche c’est des mangues vertes assaisonnée de citron vert pressé et de sel, cela s’appelle Manga Poma. Et à droite j’ai acheté à ce vendeur broyeur ambulant de canne à sucre un verre de Guarapo.

J’ai aussi goûté au Chontaduro un fruit de la côte Pacifique que la dame pèle et enrobe d’un sirop de sucre.

DSC03651

Enfin nous sommes partis voir un autre symbole de Cali : Cristo Rey, une statue représentant le Christ dominant la ville. Mesurant dans les 25 mètres, elle est très similaire au Corcovado de Rio de Janiero. Petit détails : le paratonnerre sur son crâne pour protéger la statue car dernièrement la foudre lui avait fait perdre la moitié de la face.

12270319_10153630272636049_315163482_n

La vue de l’autre côté en présence de Carlos Antonio qui fut un vrai « parcero » (pot en colombien) pendant mon séjour.

DSC03667

Publicités

2 réflexions sur “Cali es Cali

  1. ça s’améliore nettement les moments campo pour nous avec ton blog : maintenant on lit en musique – on y est ! on danse la salsa ! on se siroterait bien un petit verre de guarapo ! à ta santé mon grelo !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s