Putumayo : Aux portes de l’Amazonie

J283>293, 11>21 Décembre, Pitalito – Mocoa – frontière Equateur , 340 km, total voyage 8292 km

Après une courte excursion dans le désert de la Tatacoa, je suis retourné à Pitalito reprendre mon vélo là où je l’avais laissé. J’ai repris la route vers le sud en direction de Mocoa, la capitale de la région du Putumayo (grand fleuve affluent de l’Amazonie). Ici je me ravitaille en fruits dans une montée, mon vélo est entouré de Granadillas. A l’intérieur de chacune d’elles se trouve une multitude de petites graines croquantes enveloppées dans une substance gélatineuse, c’est très bon.

DSC03829

Plus loin j’ai acheté une paire de chaussures Caterpillar à ce monsieur qui les exposait devant chez lui, à 40 000 pesos (13€) quasi neuves, une aubaine. Et puis on a papoté un moment avec ses deux gamins.

DSC03836L’arrivée au soleil couchant à San Juan de Villalobos, où j’ai dormi dans une salle communale. Pour l’anecdote, pendant la soirée je me suis joins à une partie de « Parques » à 4 (jeu populaire similaire aux petits chevaux) et à la surprise générale j’ai gagné la deuxième partie! On s’est bien marré.

DSC03837Le lendemain j’ai passé le Rio Caqueta, un des nombreux affluents de l’Amazonie descendant des Andes. Autour il y avait des habitations où j’ai déjeuné et réparé une crevaison.

DSC03843Quelques kilomètres plus loin, j’aperçois un motard ayant enlevé sa roue arrière. Je lui demande s’il a crevé, il me répond « oui, tu as de la colle? ». Alors je lui passe mon petit tube de dissolution. Je repars et à peine 500 mètres plus loin je m’aperçois que mon pneu avant est presque à plat. Deuxième crevaison de la journée, décidément cette route est coriace. Je me suis rapproché du gars que j’avais aidé et ai pu utiliser un saut d’eau et une pompe à pied. Les gamines étaient curieuses de voir comment on procède.

DSC03845Arrivé à Mocoa j’ai eu de la chance de rencontrer un jeune couple dans l’auberge où je me renseignais. On regardait la même carte des nombreuses cascades et rivières des environs et c’est en leur demandant des informations sur certains sites que nous avons fait connaissance (ils avaient aussi été alerté par le vélo garé à l’entrée). Nous voilà le lendemain réunis avec des amis à eux après une excursion dans une rivière. De gauche à droite se trouvent : Diana, Alvaro alias fresa,  Jon Davis, Andres, Leynner et Lisbeth (le couple en question).
GOPR4596_1450067818735_highRésumé en images de l’excursion à la « fin del mundo« , apocalyptique ! Le diaporama commence avec le panneau, si besoin utilisez les flèches pour aller au début.

Autre excursion similaire, à la cascade d’Hornoyaco.

Je me suis également rendu au CEA – Centro Experimental Amazonico où sont gardés des animaux de l’Amazonie.

20151216_115605

J’ai vu des superbes perroquets (papagayo et guacamaya) et des dantas.

Au bout du 6e jour je décide de partir malgré l’insistance de Leynner pour que je reste. A la longue je sentais que mes journées se répétaient et l’envie d’avancer a repris le dessus. La traditionnelle photo du départ. Pour la petite anecdote j’ai appris à la voisine venant d’ouvrir un restaurant à faire des crêpes.

DSC03880Après une vingtaine de kilomètres, me voilà aux portes du bassin amazonien qui s’étend à l’infini devant moi. Je n’ai pas de photo pour l’illustrer mais avant cela pour la première fois mon pneu arrière a éclaté du à un sur-gonflage et à l’usure. C’était à la sortie de la ville, je m’arrête à un petit atelier pour remettre un peu d’air dedans et après quelques mètres roulés PAN ! pneu et chambre à air arrière troués. J’ai du les faire changer tout les deux pour 30 000 p (9€).

DSC03882Je suis finalement arrivé jusqu’à Puerto Assis où une amie d’un gars qui m’avait hébergé (Julian à Manizales) m’a laissé ses clefs pour la première nuît. Elle est arrivé le deuxième jour  et nous sommes partis avec son frère voir le Rio Putumayo lors du coucher de soleil. Navigable, c’est également un affluent de l’amazonie qui marque la frontière avec l’Équateur puis le Pérou. J’ai assisté au débarquement des marchandises d’une barge. Mon idée initiale était de descendre en bateau jusqu’au Brésil mais cela prend un mois et demi… Je préfère y aller depuis le Pérou dans quelques mois et connaître ainsi également l’Équateur.

DSC03887Avec le frère de Monica comme modèle j’ai pu exercé mes talents de photographe..

DSC03895

Tout d’un coup il n’y a plus de goudron, comme ça, sans prévenir. Je continue sur quelques kilomètres mais il ne revient pas. Alors je fais du stop. Une camionnette m’emmène jusqu’à un croisement. Remarquez à droite l’oléoduc, nous traversons une région pétrolifère. Mais le conducteur me raconte que la plupart du gasoil est acheminé par camions citerne en raison des sabotages. Faut voir comment ils peinent sur ces cailloux…Nous avons croisé beaucoup de véhicules et de barrages de l’armée.

DSC03896Voilà la vue à la première personne depuis le second véhicule qui m’a pris au passage d’un pont étroit. J’étais debout à l’arrière du pick-up avec mon vélo.

DSC03899Pour ma dernière nuît en Colombie, j’ai trouvé refuge dans la petite caserne de pompiers de La Dorada.

DSC03900Dernier petit déjeuner, je me fais plaisir dans ce pays bon marché avant d’entrer en Équateur réputé plus cher. Au menu donc œufs brouillés, jus de Guanabana dans du lait, croissant fourré à la pâte de goyave, petit pain dans lequel j’étale de l’arequipe (caramel liquide) et arepa fourrée au beurre et au fromage. Le tout à même pas 2€.

DSC03905

BILAN SUR LA COLOMBIE

Durée totale du séjour : 4 mois et 9 jours (du 12 août au 21 décembre) soit 132 jours
Sur ces 132 jours, 52 furent « roulés » pour 80 de « chômés » ou sur place.

Distance totale parcourue : 3 700 kilomètres soit une moyenne de 71 kilomètres par étape.
Sur 131 nuîts, j’en ai passé 46 chez des membres de réseaux d’hospitalité sur internet (warmshowers en tête suivie de couchsurfing), 29 chez l’habitant, 29 en camping (où que ce soit, payant ou gratuit, l’idée est que l’on me prête un espace), et 27 à l’hôtel.

Dépense totale : 4 090 000 pesos, soit 1280€, 1400$, ce qui donne une dépense journalière moyenne de 11$ (comme le reste du voyage).
Le total englobe toutes les dépenses et ne fait pas la distinction entre les dépenses courantes (nourriture, logement, entrée à des sites touristiques) et les dépenses exceptionnelles (cours de plongée, bus, smartphone, prolongation de visa…). Sans ces dernières, je tournerais surement plus autour de 7$ par jour.

Sinon que dire sur le pays ? Moi j’ai adoré, pour sa géographie très variée (de la côte caribe aux Andes en terminant par l’Amazonie) et ses habitants très aimables, chaleureux et accueillants. J’ai également beaucoup appris niveau culturel en étant au plus proche des gens.

Publicités

2 réflexions sur “Putumayo : Aux portes de l’Amazonie

  1. rolala ça donne tellement envie de venir te rejoindre mon Brubru ! Je crois qu’un jour je vais tout plaquer et le faire 🙂 ! Tu ne t’arrêteras donc jamais ?? Profite bien de l’Equateur en tout cas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s