O Nordeste II – Rio Grande Do Norte, lindas praias

J389>400 (27/03>7/04), Tibau  – Sao Miguel do Gostoso – Natal, Bus/autostop/bici 106 km

A Tibau où commence l’état de Rio Grande Do Norte nous avons été hébergé par Everton et son épouse Diana dans leur appartement au bord de la mer. Le dimanche s’est passé à la cool en terrasse. Le soir ils nous ont ramené chez eux à Mossoro (deuxième ville de l’état) ce qui nous arrangeait pour prendre un bus le lendemain vers Natal la capitale.

IMG-20160327-WA0000De Natal nous avons pris un bus jusqu’à Sao Miguel do Gostoso dont voici la superbe plage pour commencer notre parcours. Nous pensions en effet descendre petit à petit jusqu’à revenir à Natal.

DSC05161Nous avons fait un festin de noix de coco ouvertes simplement avec nos petits couteaux de poche.

En route vers Maracajau, nous nous sommes arrêtés à Touros pour retirer de l’argent et visiter le phare. La banque était pleine à craquer de gens qui attendait pour faire leurs commissions. Ceci s’explique par le fait que dans les petites villes les banques ne tiennent pas longtemps avant de se faire dynamiter. Seules celles étant suffisamment grandes pour garantir la sécurité des bureaux de banques peuvent se permettent d’avoir des distributeurs, d’où les longues files d’attente à ceux-ci.

DSC05183Pour atteindre ce phare nous avons marché pendant une bonne heure au travers d’une zone aride longeant la plage. Culminant à une soixante de mètres de haut, c’est le plus haut du Brésil. Malheureusement il ne se visite pas.

DSC05190Le soir nous sommes partis à Maracajau où se trouve une barrière de corail à 7 kilomètres des côtes. Le lendemain nous avons sollicité cette agence pour faire une excursion à 50 reales (15€) de 3 heures. La plongée se dit « Mergulho » en portugais.

DSC05207Vers 14h30 nous sommes montés à bord de cette embarcation qui nous a amené au large dans la zone des coraux.

DSC05195Arrivé une fois sur place, il y avait déjà pas mal d’embarcations stationnées. Le moniteur donne ici les dernières recommandations à Luna. A partir de ce moment nous avons 2 heures pour plonger librement tout autour.

En plus des coraux nous avons croisé ce charmant iguane en ville.IMG-20160403-WA0000De Maracajau nous nous sommes rendus au village suivant Maxaranguape où le phare de Sao Roque marque le point le plus proche des côtes africaines du continent sud-américain. Il appartient visiblement également à la marine du Brésil bien qu’on puisse l’approcher librement. DSC05201Un déjeuner type au Brésil. C’est toujours la même combinaison de riz, haricots rouges et spaghettis qui est servit avec une viande, du poulet en sauce ou du poisson, accompagné de fariña (manioc cuit et concassé en grains) que l’on sou-poudre à sa guise.

DSC05216Dernier site d’intérêt de notre itinéraire, la plage de Genipabu à une vingtaine de kilomètres au nord de Natal où s’est achevé notre parcours de six jours.

DSC05222De retour à Natal, nous avons rechargé les batteries avant de repartir. Au déjeuner nous avons opté pour une autre formule très courante : le self service. Pour le même prix (souvent nous le négocions à deux), vous pouvez faire votre assiette. Par contre comme il est indiqué au mur ‘Desperdicio no almoço’, si vous laissez des restes dans votre assiette, vous paierez 2 reales de plus à l’addition ! Eheh belle astuce contre le gaspillage alimentaire.

DSC05225Nous avions prévu de nous retrouver à la station balnéaire de Pipa en fin de journée. J’ai longé la côte à vélo jusqu’à ce que la route se termine et devienne une piste au bord de la plage. Comme mes roues s’enfoncent et que le sable ruine la transmission du vélo (chaîne, pignons et plateaux), j’ai attendu là qu’une voiture me prenne en autostop. Le panneau indique qu’à 5 kilomètres se prend l’embarcation pour franchir une rivière.

DSC05229La plage de pipa et ses rochers qui jonchent le sol. Il y a également une barrière rocheuse au large qui rend la zone de baignade calme et agréable.DSC05230Après les adieux faits (Luna ayant un vol à prendre dans une semaine), j’ai continué de longer la côte vers le sud. Ici à l’embouchure d’une rivière qui se jette dans la mer j’ai pris une autre barge avec une voiture pour traverser de l’autre côté.

DSC05233J’ai ensuite rejoint la fameuse route fédérale BR-101 qui va de la pointe nord-ouest du pays jusqu’à l’Uruguay. C’est comme une autoroute de deux fois deux voies, assez pénible à vélo surtout lorsqu’il fait dans les 30-35°.

DSC05234Au bout d’une vingtaine de kilomètres et sous un soleil de plomb, j’ai lâché prise au niveau d’un « poste de fiscalisation » (pas de péage ici, les routiers s’arrêtent de leur propre chef apparemment). Un camion transportant des cagettes de bières m’a emmené jusqu’à la prochaine ville Mamanguape où j’ai dormi dans la maison paroissiale. Je viens alors de rentrer dans l’Etat de Pernambuco où cet article prend donc fin.

DSC05235

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s